Attac-Toulouse appelle à rejoindre le rassemblement en solidarité avec le peuple grec.


Le 10 février, le gouvernement non élu de la Grèce a adopté le nouveau plan d’austérité imposé par la Troïka (Commission européenne, FMI, BCE). Il a été approuvé par le parlement le 12 février malgré l’opposition forte du peuple grec à ce projet monstrueux, qui a reçu comme seule réponse, la violence d’une répression téléguidée par la dictature des marchés.

Ce nouveau plan d’austérité qui vient s’ajouter aux mesures imposées aux grecs depuis deux ans voit le salaire minimum diminué de 22% (450 euros net) et gelé pour trois ans, les conventions collectives supprimées, 15 000 licenciements dans la fonction publique et 150 000 postes détruits par non renouvellement…

Les gouvernements dans l’UE, en particulier le gouvernement français, sont parties prenantes de cette dictature et appliquent dans les autres pays des politiques qui vont dans le même sens. La Grèce n’est pour eux qu’un laboratoire avant la généralisation de leur plan destructeur pour les peuples et la démocratie. La situation ne peut que s’aggraver encore avec le projet de nouveau traité européen obligeant à introduire la “règle d’or” dans nos constitutions.

Nous sommes donc concernés à un double titre :

  • Par les mesures insupportables que subit le peuple grec qui fait déjà face à des phénomènes de misère et de pauvreté qu’il n’avait pas subis depuis l’occupation.
  • Par le fait qu’aucun peuple en Europe n’est désormais à l’abri de la dérive des gouvernements au service de la finance.

Seule la mobilisation des peuples d’Europe pourra arrêter cette entreprise de démolition.

Montrons notre solidarité avec les grecs ; résistons le samedi 18 février avec tous les peuples d’Europe.

Non aux sacrifices des populations sur l’autel de la finance !


0 commentaire

Laisser un commentaire