Création du collectif Urgence un toit à Toulouse

À Toulouse, comme à Paris, à Lyon, à Nancy…, nous, Organisations solidaires et signataires, mal-logés et sans abri laissés pour compte, simples citoyens exaspérés par la duplicité des discours gouvernementaux, appelons à un rassemblement pour la création du collectif toulousain ” Urgence un toit “, samedi 3 septembre à 11h, place Saint-Étienne.

3 millions de mal-logés, dont plus de 100 000 à la rue, ne suffisent pas au Gouvernement qui a décidé une réduction
de 30% du budget dédié à l’hébergement d’urgence, de 10 à 25 % des budgets des Centres d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (CHRS), provoquant de nombreuses fermetures de ces centres et ce, en continuant de restreindre l’accès aux logements.
Les expulsions se multiplient, jetant à la rue des familles avec des enfants, des personnes en situation de handicap…alors qu’aucune solution de relogement n’est envisagée. Aux sans abris de longue date, s’ajoute un nombre croissant de travailleurs pauvres. Contrairement à ses obligations, l’État ignore délibérément les lois protégeant les plus vulnérables,piétine et démantèle le travail social et ses missions d’intérêt général.
Las d’attendre des réponses politiques qui ne viennent pas, des professionnels, des équipes militantes, des collectifs, sont passés à l’action pour répondre à l’urgence. À Toulouse, c’est le cas :

▪ du GPS et du CREA qui ont réquisitionné un bâtiment appartenant à l’État pour mettre à l’abri une quinzaine de “grands précaires », et s’occuper de 35 personnes à la rue, dont 6 familles,

▪ du « Collectif solidarité ROM » qui a soutenu l’occupation d’un bâtiment appartenant à un office HLM, dont les 39
résidents ROMS viennent d’être jetés à la rue,

▪ des « Enfants de Don Quichotte » qui gèrent un campement à Purpan où 10 personnes à la rue se retrouvent sans solution de logement à vivre dans des conditions indignes.

▪ du DAL, de l’APF et de Handi-Social qui soutiennent actuellement une famille expulsée récemment.

Le 2 août, nous, Organisations solidaires et signataires, mal-logés et sans abri laissés pour compte, simples citoyens exaspérés par la duplicité des discours gouvernementaux, avons été nombreux-ses à suivre, relayer et participer à l’action nationale des salarié(e)s de l’urgence sociale dénonçant la baisse de budget dans leur domaine. Aujourd’hui, nous mettons en place, le collectif « Urgence un toit », pour exiger un plan d’urgence pour le logement.
Ce plan d’urgence doit décliner très précisément les moyens budgétaires pour :

◦ le relogement des prioritaires DALO (Droit Au Logement Opposable),

◦ l’arrêt des expulsions sans relogement

◦ l’application et l’amélioration de la loi de réquisition, de la Loi D.A.L.O avec recours au TA, de la Loi S.R.U

◦ l’accueil et l’accompagnement inconditionnel de toute personne sans abri dans des structures d’hébergement et des logements adaptés.

◦ La prise en compte et l’étude du financement des projets défendus par le GPS, le Collectif solidarité Rom, les Enfants de Don Quichotte, les Enfants du Canal …

Nous appelons toutes les personnes, associations et structures sensibles au mal logement à s’associer à
ce collectif.

Il permettra de mutualiser les ressources humaines, en idées et en expériences, et d’avoir le plus de poids possible pour soutenir ces revendications

Les 1er Signataires : Act-Up, Droit Au Logement (DAL), les Enfants de Don Quichotte (EDQ), les Enfants du Canal Toulouse, Groupement pour la défense du travail Social (GPS), Handi-Social, Les Robins des bois de l’énergie…

Avec les soutiens : Europe Ecologie Les Verts (EELV), FSU, Nouveau Parti Anti-capitaliste (NPA), SOLIDAIRES 31, Sud Santé sociaux 31


0 commentaire

Laisser un commentaire