LE GPS APPEL A UN RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN MERCREDI 6 JUILLET PLACE DE LA PRÉFECTURE A 16H30

Depuis le 26 avril le GPS (Groupement Pour la défense du travail
Social) occupe un bâtiment appartenant à la cohésion sociale, rue
Goudouli.
Depuis plus de deux mois des travailleurs sociaux et des sympathisants
(dont font partie Act-Up sud-ouest, les enfants de Don Quichotte, SUD
santé Marchant, SUD solidaires, SUD territorial et la CGT) se
relaient sans relâche (24h/24) afin de faire vivre la maison où sont
accueillis 15 personnes en grande précarité.

Ces dernières se posent, participent à la vie quotidienne, peuvent
enfin se détacher du stress que représente la vie à la rue avec toutes
les conséquences psychiques et physiques que cela comportent.Elles
s’alcoolisent moins massivement et vont vers un mieux être évident.
Elles deviennent actrices dans les décisions prises quant au règlement
de fonctionnement de la vie à la “maison” comme elles disent.Elles
sont bien chez elles, leurs avis sont toujours pris en compte et
discutés entres-elles, lors du conseil de maison, dans le but de
trouver un fonctionnement de “vie ensemble”.
Au delà d’une mise à l’abri il s’agit bien de replacer la personne au
centre de sa vie, ce que ne permettait pas leur mode de vie précédent
(accueil dans des foyers ouverts la nuit seulement avec un personnel
insuffisant ne permettant pas un accompagnent adapté et suffisant).

La présence des professionnels (travailleurs sociaux, médicaux-sociaux
…) bénévole et militante (en plus de notre temps de travail) et d’un
“homme de maison” ayant un parcours de rue, est au cœur de la réussite
d’une telle action. Cependant Il ne s’agit pas d’aller dans le sens de
l’état qui souhaiterait voir aujourd’hui s’ouvrir des lieux tenus par
des bénévoles mais de mettre ce dernier en demeure de prendre ses
responsabilités au regard de la loi : le respect du droit à
l’hébergement consacré par l’article 73 de la loi du 25 mars 2009 (art
L 345-2-2 du Code de l’Action Sociale et des familles).

La préfecture de Haute-Garonne, après avoir été déboutée par le
tribunal administratif d’une demande d’expulsion, a entamé des
négociations.
Des tables rondes sont organisées depuis le 31 mai où sont présents la
DDCS, les représentants de la préfecture (Me Souliman et Mr Ludman),
la mairie, le Conseil Général, l’ARS ainsi que le GPS et des
associations qui soutiennent le projet “habitat adapté au centre ville
de Toulouse pour personnes en très grande précarité” et qui pourraient
le mettre en place.

Alors que la mairie s’engage à fournir le bâtiment, l’ARS le
financement d’infirmiers coordinateurs, le Conseil Général d’étudier
les dossiers de demande d’allocation d’aide à la personne de manière
rapide, l’état continue a ne pas s’engager financièrement sur les
postes de travailleurs sociaux.
Un tel projet ne peut se faire sans l’engagement financier de l’état
en ce qui concerne le fonctionnement du lieu.

Une prochaine table ronde est prévue le mercredi 6 juillet à 16h30
lors de la venue du Préfet Régnier à Toulouse.

Le préfet Régnier a été nommé délégué général à la coordination de
l’hébergement et de l’accès au logement des personnes sans abri ou mal
logées.

Le 29 janvier 2008, lors de la remise du rapport du député Etienne
Pinte, le Premier ministre François Fillon a déclaré l’hébergement et
l’accès au logement “Chantier national prioritaire 2008-2012”.
L’objectif fixé par le Premier ministre est qu’à l’horizon 2012, nul
ne soit contraint de vivre dans la rue ou dans un habitat indigne.

Aujourd’hui alors que dans la France entière des foyers d’hébergement
fermes leurs portes quant est-il des promesse faites par le
gouvernement?

Le GPS lutte pour le respect de la dignité humaine, pour le respect
des droits de l’homme et pour le respect du droit à la vie.
Si jamais l’état ne s’engage pas financièrement, et continue à laisser
des personnes fragiles mourir à la rue (22 à Toulouse l’an dernier
connus de nos services) les 15 accueillis rue Goudouli seront les
prochains.

C’est dans ce contexte que nous demandons au Préfet Régnier
d’appliquer la loi et de faire en sorte que le projet que nous
défendons voit le jour.

Contacts presse:

 Pierre Cabanes : 06.43.98.11.52

 Annabelle Quillet : 06.75.03.10.91

gps.refere.ta.jpg


0 commentaire

Laisser un commentaire