Conférence-débat co-organisée par Attac-Toulouse et les Amis du Monde Diplomatique.


par Frédéric DURAND, géographe, maître de conférence à l’Université Toulouse le Mirail

Depuis le siècle des Lumières et la Révolution industrielle, l’Occident a pris un ascendant sur le reste du monde et a largement imposé ses valeurs tant techniques que d’idéal de vie.

De fait, les progrès ont permis des changements radicaux jusqu’à donner à l’homme des capacités équivalentes aux forces géologiques.

Cependant, ces forces montrent leurs limites ou leurs dérives. On le voit à travers le réchauffement climatique, la raréfaction des énergies fossiles, ou l’incapacité collective à résoudre la « pauvreté » à l’échelle mondiale.

Cela se manifeste y compris dans les pays du Nord, qui connaissent également de plus en plus des crises économiques et de sociétés.

Le « développement durable » prétend apporter des solutions à ces problèmes, mais en est-il capable ? Cela amène à se poser plusieurs questions :

  • Les discours sont-ils vraiment sincères ou s’agit-il d’un écran de fumée pour de l’« éco-blanchiment » favorable aux plus forts ?
  • En lui-même, le concept de « développement durable » constitue t-il une avancée, ou bien est-ce de manière fondamentale une approche erronée ?
  • Que recouvre et propose la « décroissance », ou plutôt les courants qui s’en revendiquent ?

0 commentaire

Laisser un commentaire