« Le temps du monde fini commence » écrivait Paul Valéry en 1931.

Pourquoi cet appel n’a-t-il pas été entendu ? Comment faire de la conscience de cette finitude un commencement ?
Sous les décombres souffle un autre imaginaire, fait de coopération au lieu de concurrence, d’attachement à la Terre au lieu d’arrachement, d’une propriété-usage au lieu de la propriété-appropriation, d’une liberté retrouvée face à la « raison » économique et à l’asservissement de sujets renvoyés à eux-mêmes.


LES RENCONTRES DE LA LIBRAIRIE ÉTUDES MIRAIL

GENEVIÃ?VE AZAM


économiste à l’université Toulouse II

co-présidente du conseil scientifique d’Attac

présente son livre

Le temps du monde fini,

vers l’après-capitalisme




Éd. LLL Les Liens qui Libèrent, 2010

Rencontre-débat


animée par Gilles Allaire, socio-économiste, directeur de recherches à l’INRA



MARDI 19 OCTOBRE 2010
de 18h à 20h



(entrée libre et gratuite)


0 commentaire

Laisser un commentaire