avec Thomas Coutrot, économiste, co-président d’Attac.


Coutrot.jpg « La démocratie est profondément malade. Partout les décideurs politiques gouvernent sous la férule des marchés financiers. La concentration des richesses, des pouvoirs économiques et médiatiques bat des records historiques. Le néolibéralisme sape les fondements de la démocratie. On ne pourra sauver la démocratie qu’en organisant son irruption dans l’économie » (extrait de la présentation de Démocratie contre capitalisme – T. Coutrot – 2005 La dispute)

« La transformation sociale est en panne d’imaginaire. Traumatisée, la gauche n’ose plus imaginer de nouvelles utopies. Je m’appuie ici sur une méthode de l’utopie réaliste qui consiste à déceler des tendances émancipatrices à l’oeuvre dans les mouvements réels de la société, et à chercher comment on pourrait les pousser plus loin. Il s’agit de faire mûrir la société future au sein même de la société actuelle, sans attendre mais en accélérant la venue des nécessaires ruptures. De revivifier le débat sur les alternatives au capitalisme dans la perspective de la construction des biens communs de l’humanité, sans faire de la révolution un préalable incantatoire » (extrait de l’introduction de Jalons vers un monde possible – T. Coutrot – avril 2010 ; Le bord de l’eau )

« Laisser le temps à la délibération démocratique. Car la démocratie n’est pas possible dans l’instantanéité. La transformation sociale qui s’impose est radicale, au sens propre : elle doit redonner des racines à la démocratie » (extrait de la conclusion du même ouvrage).


0 commentaire

Laisser un commentaire