Moment privilégié pour débattre ensemble sur l’activité du Comité local et les initiatives à mettre en place.


G20jpg.jpg Le rêve d’un autre monde ne brouille pas la lucidité qui nous conduit dans la construction de nos analyses et dans celle de nos propositions alternatives.

Notre dénonciation appuyée concernant l’illégitimité du G20, un groupe autoproclamé évacuant les pays les plus pauvres et regroupant les principaux responsables du désastre néolibéral, contenait déjà en creux la profondeur de notre doute quant aux décisions de ce groupe.
Et ce ne sont pas les postures grotesques des uns, les oppositions de façade des autres entre relance et régulation, entourées des discours lénifiants sur la moralisation et la refondation du capitalisme, qui ont pu les alléger.

D’autant que, malgré la fanfare médiatique qui a accompagné la déclaration finale de la mascarade londonienne, la lecture de celle-ci nous montre le devoir du mauvais élève qui se borne à mettre en avant de ronflantes têtes de chapitre pour mieux cacher la pâle copie d’une leçon mainte fois rabâchée; en somme, un ravalement de façade qui renforce les fondements du néolibéralisme.

Il nous a donc semblé intéressant de faire du G20 le thème central de notre prochaine réunion d’adhérents qui aura lieu le 22 avril 2009 à 20h30 à l’ENSEEIHT.
Déclaration G20 Londres
Nous vous proposons :

  • d’analyser la déclaration finale du G20, afin d’éclaircir nos points de vue et de mettre en place des perspectives en terme de propositions alternatives.
  • d’essayer de projeter un certain nombre d’interventions ou d’évènements qui auront valeur de sensibilisation.

Nous discuterons d’ailleurs de la préparation d’une action que nous mènerons sur ce thème le premier mai dans l’après midi dans le cadre du collectif « Bazar au Bazacle ». Cela pourra être également l’occasion de faire le point concernant nos liens avec les collectifs de lutte.

Cette réflexion collective autour du G20 nous semble particulièrement importante car nous craignons que la prochaine réunion du G20 soit introduite par la même phrase que celle de Londres : «… une crise qui s’est amplifiée depuis notre dernière rencontre. ».


0 commentaire

Laisser un commentaire