Un autre paysage énergétique est possible.

Cette réunion/débat s’inscrit dans un cycle de 4 réunions sur l’énergie.

La première a eu lieu le 27 novembre et a porté sur les données fondamentales de l’énergie ainsi que sur le scénario alternatif Négawatt.

Présentation

Sous couvert de prise de conscience de l’urgence des enjeux climatiques, l’accent mis sur les émissions de CO2 sert parfois hélas aussi à minimiser ou à reléguer commodément dans l’ombre quantité de pollutions toxiques, cumulatives, non moins dramatiques pour les habitants de la planète, et dont le changement climatique, loin de les avoir fait disparaître, ne peut qu’amplifier les effets.

Dans ce contexte, l’atome est-il vraiment une source d’énergie comme une autre ?

Qu’en est-il de l’actuelle “relance” du nucléaire et à qui pourrait-elle bien profiter, en France et dans le monde ?

Peut-on vraiment considérer que tous les pays – et notamment les plus pauvres ou les plus paupérisés – y ont “droit” ?

Qu’est-ce qu’un “déchet” nucléaire ? Qu’entend-on par radioactivité “naturelle” et “artificielle” ? Par nucléaire “civil” et “militaire” ?

Précarisation, flexibilité, sous-traitance, délocalisations, externalisations : et si l’industrie nucléaire n’était pas étrangère à leur généralisation ?

Existe-t-il vraiment d’autres solutions ?

Autant de questions que l’on s’efforcera d’aborder au cours de cette séance.

L’intervenante

Marie-Christine Gamberini, des Amis de la Terre Midi-Pyrénées,
référente des Amis de la Terre France sur le nucléaire et l’énergie,
membre de la commission du Réseau Sortir du nucléaire qui a suivi l’élaboration de l’Etude sur des sorties rapides du nucléaire en France en 5 ou 10 ans

Texte de la conférence Bibliographie


0 commentaire

Laisser un commentaire