Moment privilégié pour débattre ensemble sur l’activité du Comité local et les initiatives à mettre en place.


Au programme, nous proposons de continuer le débat sur un thème central pour notre association et qui domine encore l’actualité : les crises (financière, économique, sociale, alimentaire, écologique, géopolitique, etc).

Nous reviendrons sur les actions entreprises par le comité d’Attac-Toulouse et celles prévues pour les mois à venir (réunions publiques, Forum Social en janvier, …).

Nous consacrerons également un temps de la discussion à la proposition de création d’une nouvelle commission à Attac-Toulouse consacrée à l’Economie Solidaire (cf présentation plus bas).

Encore une fois, nous avons besoin de la mobilisation de tous les adhérent-e-s pour mener une campagne et des actions à la hauteur de la gravité de la situation, et jouer pleinement notre rôle d’association d’éducation populaire tournée vers l’action.


Une commission Economie Solidaire à Toulouse ?

Les conséquences catastrophiques d’un comportement économique erratique génèrent parmi nos éminents responsables politiques un discours soudainement gorgé de moraline, fustigeant l’inconséquence des prédateurs dans leurs excès d’avidité.

La régulation et ses bienfaits sont (re)découverts après avoir été stigmatisés comme traces archaïques de la « malheureuse expérience communiste ».

L’heure serait à l’invention d’une nouvelle économie.

Qu’on ne s’y trompe pas, ces gesticulations ne s’accompagnent pas pour autant d’une remise en cause radicale des principes du capitalisme financier, (recapitalisé à grands frais grâce à l’habituelle tonte des masses moutonnières) il ne s’agit au mieux que d’un « nouveau Bretton Woods », qui aurait pour mission de remettre de la régulation alors que la sortie du dollar en 1973 du système mis en place à la fin de la guerre a entraîné le « flottement » des cours des changes et la disparition du contrôle sur les agissements des banques.

Il existe des alternatives à cette économie décollée des fondements politiques et humains nécessaires à toute gestion du vivant et de la cité. On nomme communément « économie solidaire » les formes d’activité qui essaient une autre formule d’articulation entre les divers ingrédients de la production de biens et de service (finance, matériaux, travail, échanges).

Trop commodément confinée aux marges de l’économie telles que les services à la personne, l’insertion par l’activité économique) l’économie solidaire est un espace de recherche et d’expérimentation où se sont développées les alternatives à l’obsolescence, la nocivité le gaspillage, constitutif d’une partie importante des productions de l’économie dite moderne.

Réagir face aux exactions d’une économie malade de la peste, c’est s’interroger sur la pertinence des fondamentaux et participer à l’élaboration d’un autre parti pris économique. C’est en tout cas, au sein d’un mouvement d’éducation populaire tel qu’Attac, une dimension fondamentale qui est encore peu développée et qu’il serait urgent d’approfondir. Créer une commission ou un groupe de réflexion / propositions ?


0 commentaire

Laisser un commentaire