ALIMENTERRE est une campagne d’information et de réflexions partagées sur le thème de l’alimentation dans le monde.


alimenterre.jpg

La Campagne ALIMENTERRE est organisée par le CROSI à l’UTOPIA Tournefeuille, du 13 au 19 octobre 2008.

ALIMENTERRE est une campagne organisée au niveau national par le CFSI et relayée localement par le CROSI, en partenariat avec l’UTOPIA, à Tournefeuille.

Les problèmes majeurs sont (schématiquement) plutôt qualitatifs dans les pays du « Nord » et surtout quantitatifs dans les pays du « Sud » mais en fait, tout est lié et paradoxalement, dans le Sud, ce sont généralement les paysans qui souffrent le plus de la Faim.

En Haute Garonne, cette campagne est organisée autour du 16 octobre, décrété Journée Mondiale de l’Alimentation par la FAO (Organisation mondiale des nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) et va durer du 13 au 19 octobre.

Elle comportera une exposition dans le hall de l’Utopia Tournefeuille du 13 au 19 octobre et 3 projections débats à Tournefeuille et à Toulouse.

La faim des paysans : les labours du futur

Jeudi 16 à 20 h 30 à UTOPIA Tournefeuille

Film de Clément Fonquernie et Piet van Strombeek, 52 min, 2006, une production de Lieurac Productions

?A travers la situation de quatre agriculteurs vivant sur 4 continents (Inde, Argentine, Vietnam et France), le film montre que les formidables gains de productivité réalisés ces dernières années, loin de représenter la solution au problème de la faim, risquent au contraire de l’aggraver en dégradant le principal outil de production des paysans, la terre. Il montre aussi qu’il existe une alternative à l’intensification et à l’industrialisation des pratiques agricoles, par l’agriculture biologique et familiale.

La discussion débat sera menée par Patrick ROSSIGNOL de l’AFDI (Agriculteurs Français Développement International) et du CROSI.

Herbe

Samedi 18 à 14 h 15 à Tournefeuille

FIlm de Matthieu Levain et Olivier Porte – 2008 ?76 minutes. Au cœur de la Bretagne paysanne, deux visions du métier d’éleveur laitier se confrontent. ?Alors que des Hommes se sont engagés depuis plusieurs années dans une agriculture autonome, durable et performante, le courant majoritaire de la profession reste inscrit dans un modèle de production industriel, fortement dépendant des groupes agricoles et agro-alimentaires…

La discussion débat sera menée par Olivier Porte, réalisateur et Ingénieur Agro.

Du sucre et des fleurs dans nos moteurs

Le Dimanche matin à 10 h, séance sur le thème ” Manger ou conduire, il faut choisir ? “

Film de Jean-Michel Rodrigo, 52 min, 2006, une production de Mécanos Productions sur les agrocarburants.?Les réserves de pétrole s’épuisent, la consommation augmente de façon vertigineuse, le prix du baril flambe… Les accords de Kyoto contraignent les nations industrielles à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’avènement des biocarburants semble inéluctable. Le Brésil ouvre la voie d’un monde libéré du “diktat” de l’or noir : 40% de sa consommation de carburant sort désormais de ses champs de canne. Les Etats-Unis bâtissent à leur tour des usines à la chaîne. Soucieuse de son indépendance énergétique, l’Europe est entrée dans la?course. La fièvre actuelle de l’or vert devrait tout de même se heurter à de véritables limites. Il n’y aura jamais assez de terre pour cultiver l’énergie nécessaire à faire rouler tous les moteurs du monde.

Les réserves de pétrole s’épuisent, la consommation augmente de façon vertigineuse, le prix du baril flambe … Les accords de Kyoto contraignent les nations industrielles à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. L’avènement des biocarburants semble inéluctable.
Le premier mérite des agrocarburants est de desserrer l’étau pétrolier, le second est de souligner les limites infranchissables, en l’état actuel de nos connaissances, auxquelles se heurte un mode de consommation devenu planétaire.

Mais : Aux Etats-Unis, par exemple, l’extension de 18 % en 2007 des surfaces de maïs utilisées pour fabriquer de l’éthanol s’est faite au détriment des autres cultures comme le soja et le blé. Ce phénomène a participé à la hausse des prix de ces produits.

La discussion débat sera animée par Jocelyne BLASER.


0 commentaire

Laisser un commentaire