La bataille des OGM n’est pas finie

Début avril, l’assemblée nationale examinera le projet de loi sur les OGM. Ce projet revient à légaliser l’impossible coexistence entre cultures OGM et cultures non OGM.

Ailleurs dans le monde, les dégâts causés par les OGM sont considérables sur les plans économique, social et environnemental. Le film présenté ce soir en est une triste et forte illustration. Diffusé sur Arte en 2005, il n’a malheureusement rien perdu de son actualité. Le bras de fer qui se joue en France actuellement est au coeur de toutes ces luttes de la société civile contre l’agrobusiness. La mobilisation des organisations et des citoyens doit se poursuivre et même s’amplifier jusqu’au vote de la loi. Attac Campus avec le collectif anti-OGM31, vous invite à cette soirée pour faire le point sur l’actualité, les procédures en cours, les enjeux à court et moyen terme et aussi présenter les actions de mobilisation.

Le film :

Pour avoir tout misé sur le soja transgénique, l’Argentine risque de tout perdre, y compris sa sécurité alimentaire. Argentine1.jpg C’est l’un des constats terrifiants faits dans cet excellent reportage. Tout avait pourtant bien commencé… quand, en 1996, Buenos Aires autorise la culture de cet OGM, conçu par la multinationale américaine Monsanto pour résister au Roundup, son puissant herbicide, l’Europe est frappée par la vache folle. Les agriculteurs argentins investissent dans le soja transgénique de Monsanto, qui recouvre maintenant la moitié des terres cultivables et abandonnent les autres productions, moins rentables. Mais ils n’avaient pas prévu l’apparition de mauvaises herbes tolérantes au Roundup et donc la nécessité de pulvériser davantage d’herbicide. Ces �pandages massifs anéantissent les autres cultures, ils provoquent des problèmes de peau, de thiroïde et des complications respiratoires. S’y ajoute une catastrophe écologique avec une déforestation massive… Argentine2.jpg On entend la détresse des paysans, l’inquiétude des ingénieurs agronomes et des médecins, l’embarras du gouvernement et le silence de Monsanto. (Source : télérama)


0 commentaire

Laisser un commentaire