L’agriculture mondiale à la croisée des chemins

L’agriculture et la Politique Agricole Commune (PAC) ont joué un rôle central au cours des premières années de la création de l’Union européenne. Elles ont permis de créer un sentiment d’unité entre européens. Le premier objectif d’autosuffisance alimentaire a été rapidement atteint. L’Union européenne n’a jamais réussi par la suite à redéfinir sa politique agricole de telle sorte qu’elle réponde aux nouvelles attentes de ses citoyens (environnement, qualité des produits, gestion des espaces naturels) sans préjudices pour les pays du sud.

PAC-CEDAPA.jpg
En 2003, l’Europe a de nouveau été incapable d’affronter les lobbies agro-alimentaires. La réforme qu’elle a mise en place a renforcé les déséquilibres sur les marchés mondiaux plus qu’elle ne les a corrigés. _ L’année prochaine sera l’occasion de procéder à une révision à mi-parcours de cette politique commune. Le contexte actuel (hausse incontrôlables des cours des matières premières, OGM, agrocombustibles, disparition des paysans, mais également structuration de Via campesina, réflexion autour de la souveraineté alimentaire) offre une opportunité à la société civile d’intervenir dans le débat et de donner son avis sur la politique agricole qu’il conviendrait de mettre en place. La soirée du lundi 14 janvier donnera quelques éléments de réflexion et permettra d’amorcer une réflexion collective sur les enjeux et les moyens à mettre en place pour faire entendre nos voix.

Jean-Marc Desfilhes est ingénieur agricole et ancien permanent de la Confédération paysanne. Il a été en charge de la commission international, groupe de réflexion du syndicat, et suivait plus particulièrement les négociations à l’OMC et les contacts avec Via campesina.

Dans le cadre de sa dernière mission, il était le coordinateur du forum mondial pour la souveraineté alimentaire « Nyéléni 20007 » (www.nyeleni2007.org) qui s’est déroulé au Mali en février 2007 et auquel ont participé 450 délégués venus de 110 pays.

Jean-Marc Desfilhes fait partie du collectif des Faucheurs Volontaires et du Collectif Anti-OGM 31.


0 commentaire

Laisser un commentaire