POUR UN MORATOIRE SUR LES CULTURES OGM

Les grevistes de la faim/jeuneurs du collectif anti ogm 31 se rassembleront jeudi 19 avril 2007, place du capitole a 12h30.

Venez nombreux pour les soutenir et faire signer le moratoire pour un printemps sans OGM.

Ne semons pas les graines de la discorde

A la veille des semis de maïs ( 30.000 à 50.000ha d’OGM annoncés), le gouvernement a transposé en catastrophe la Directive Européenne sur la dissémination volontaire d’OGM (elle aurait dû l’être dès octobre 2002), par décrets et arrêtés, sans débat parlementaire. Ces textes législatifs publiés le 19 mars, ne rendent pas obligatoires la déclaration de la situation précise des sites cultivés en OGM, ne précisent pas les distances entres cultures OGM et non OGM et n’abordent pas la responsabilité en cas de contamination d’autres cultures.

Or pour les cultures issues de l’agriculture biologique ou sous labels de qualité qui sont nombreuses dans notre région, la contamination signifie la perte du label ou de la mention. Les agriculteurs qui ont fait ce choix, pour des raisons éthiques et/ou économiques et qui s’astreignent à en respecter le cahier des charges, ne peuvent accepter de se voir ainsi menacés dans l’exercice de leur profession. C’est leur survie qui est en jeu. Ils sont parfaitement au courant par exemple du fait qu’il n’est plus possible de faire pousser du maïs bio en Espagne dans les régions où les OGM ont été massivement cultivés. Ils sont par ailleurs largement soutenus par la grande majorité des citoyens qui, selon les sondages, refusent à 86% les OGM dans les champs et dans les assiettes. Un récent sondage nous apprend aussi que 62% des agriculteurs sont favorables au moratoire et que 84% d’entre eux sont contre ces cultures OGM si le Moratoire n’est pas obtenu.

La seule réponse réaliste est évidemment le Moratoire pour que soit pris le temps du débat public mais aussi d’une réelle évaluation de l’impact des OGM en terme de santé et d’environnement. Si tel n’est pas le cas, l’incompréhension, le sentiment que l’intérêt général est bafoué par quelques uns, la colère que cette situation induit, risquent de troubler sérieusement la paix civile.

C’est dans ce contexte tendu que des membres du collectif anti ogm 31 ont décidé d’entreprendre un deuxième jeûne protestataire et une grève de la faim à partir du lundi 16 avril 2007 (le premier jeune du collectif, faisait suite au proces des glaneurs du 27 mars 2007). Ils tiennent ainsi à alerter les citoyens, les élus (Conseil Régional, Conseil Général…) et les représentants de l’Etat (Préfecture, Direction Régionale Agriculture et Fôret…) sur une situation potentiellement explosive et donc sur l’urgence d’adopter un moratoire sur les cultures OGM.

Contacts : Marina 06 24 66 86 00 – Jacques 06 30 50 56 63 – Michel 06 19 79 53 69


0 commentaire

Laisser un commentaire