Projection – Débat animé par Attac avec la participation de l’association Regard Actions Mali qui développe des projets demandés par les villageois : garderies, écoles, centres de santé, aménagement de l’eau… et de Jacques Berthelot, économiste et membre de l’association Solidarités.


Bamako Film d’Abderrahmane Sissako, sur la dette et les institutions financières internationales.

Repères…

Créés au lendemain de la seconde guerre mondiale à Bretton Woods (Etats-Unis) et basés à Washington, le FMI et la Banque Mondiale ont aujourd’hui pour missions principales la régulation du système financier international et l’octroi de prêts aux pays en développement.

Face aux difficultés de nombreux pays à rembourser leur dette, les pays riches ont exigé au début des années 1980 la mise en place de programmes dits “d’ajustement structurel”, fixant ainsi les règles du jeu dont dépend le sort de millions de personnes.

Les gouvernements des pays très endettés se sont ainsi vus dicter par les représentants des institutions financières internationales la politique à suivre pour rétablir leur équilibre financier. La plupart des pays d’Afrique subsaharienne se trouvent aujourd’hui sous ajustement structurel. D’inspiration très libérale, les programmes d’ajustement servent principalement les intérêts des pays riches, Etats-Unis et Europe en tête.

Les réformes imposées aux pays du Sud sont toujours les mêmes alors que, paradoxalement, elles sont loin d’être appliquées dans les pays du Nord : suppression des subventions accordées par l’Etat (agriculture, textile, …), démantèlement des services publics, licenciement des fonctionnaires (instituteurs, médecins, …). Les privatisations des sociétés nationales des pays endettés, qui géraient notamment les richesses naturelles, l’eau, l’électricité, les moyens de communication et de télécommunication, sont presque toujours effectuées au profit des multinationales des pays riches. Les contrats, négociés dans un contexte où se mêlent pressions politiques et corruption, sont systématiquement en faveur des multinationales.

Dans le même temps, les populations des pays placés sous ajustement structurel n’ont cessé de s’appauvrir, avec pour conséquences la diminution de l’espérance de vie, l’augmentation du taux de mortalité infantile, la baisse du taux d’alphabétisation.

La quasi totalité des rapports officiels soulignent que les “pays pauvres très endettés” sont plus pauvres aujourd’hui qu’il y a vingt ans.

Or, si l’on tient compte de l’ensemble des flux financiers et des transferts de richesses, les pays africains ont fait plus que rembourser leur dette aux pays riches. Beaucoup d’entre eux ont dû tout céder et ne pourront plus assurer leur développement futur. L’annulation éventuelle et tardive de la dette apparaît désormais comme un leurre.

Abderrahmane Sissako


0 commentaire

Laisser un commentaire