OGM : réponse du collectif anti-OGM31 à un communiqué de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de laHaute-Garonne.

Après la neutralisation de maïs commercial à Lugos le 4 novembre 2006, un communiqué de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de la HG, paru dans l’Echo des régions du 09/11/2006, s’en prend très violemment aux faucheurs volontaires. Notre collectif anti-OGM31 a tenu à répondre par un autre communiqué qui a été envoyé à la Dépêche du Midi le 20 Novembre.

Vous trouverez ci dessous le communiqué du collectif anti-OGM 31 ainsi que celui de la FDSEA et des JA auquel il répond.

Communiqué du collectif anti-OGM 31

OGM : réponse du collectif anti-OGM31 à la FDSEA et aux JA de Haute-Garonne.

Après la neutralisation de maïs commercial à Lugos le 4 novembre 2006, un communiqué de la FDSEA et des JA de la HG a fait apparaître les faucheurs volontaires comme des extrémistes brutaux. Notre collectif qui compte de nombreux faucheurs, tient à faire la mise au point suivante.

Violence
Les membres de ces syndicats savent fort bien que les OGM mettent en péril par contamination l’agriculture biologique et labélisée et donc les milliers de paysans qui en vivent. Ils savent aussi qu’à ces risques de contamination avérés, s’ajoutent de sérieuses inquiétudes vis à vis de la santé humaine. Ils savent sans doute aussi que les derniers sondages indiquent que 86% de la population refuse les OGM et que de nombreuses régions et collectivités locales se sont déclarées zones hors OGM. Ils n’ignorent pas enfin que le maïs neutralisé à Lugos a été cultivé au sein même du Parc Naturel des Landes de Gascogne au mépris de la Charte qui intègre un moratoire sur toute culture OGM.
Alors, de quel côté est la violence ?

Liberté, légalité
Les transgéniculteurs s’abritent derrière la légalité alors qu’ils cultivent dans le plus grand secret, sans prévenir les élus de leur commune, leurs voisins agriculteurs, et en l’absence de loi encadrant aujourd’hui leurs pratiques.
Ils s’abritent derrière la liberté, alors qu’en semant des OGM ils condamnent sciemment une agriculture exempt d’OGM privant ainsi des millions de personnes de la liberté de choisir leur alimentation.
Alors, de quel coté est la violence ?

Recherche
Nous ne remettons pas en cause la recherche sur les OGM et leur utilisation en milieu confinés, notamment à des fins médicales. Par contre la culture en plein champ d’OGM pose des enjeux de société majeurs (sociaux-économiques, écologiques, sanitaires) que les multinationales tentent d’esquiver en pratiquant le passage en force et la politique du fait accompli.
Alors, de quel côté est la violence ?

Enfin, nous tenons à dire que les cultures OGM ne sont qu’une fuite en avant d’un modèle agricole productiviste à bout de souffle, modèle qui épuise la terre et chasse les paysans.
Nous, citoyens, agriculteurs, chercheurs, pères et mères de famille, sommes consternés qu’à l’heure ou la grande majorité des agriculteurs font des efforts pour retisser les liens de confiance entre les consommateurs et les producteurs via des labels, des filières de qualité, la bio, la FNSEA et les JA s’arqueboutent à défendre une poignée de grands maïsiculteurs et les lobby industriels.

Communiqué de la FDSEA et des JA de la Haute Garonne

Echo des régions du 09/11/2006

Haute-Garonne, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne s’indignent

Une nouvelle fois, les faucheurs n’ont pas hésité à saccager plusieurs tonnes de maïs récoltés en faisant intrusion sur une propriété privée et en s’attaquant directement aux silos d’un agriculteur de gironde. N’ayant aucun respect pour le travail, ils n’ont eu aucun remords à mettre en péril l’exploitation de cet agriculteur qui exerce en toute légalité.
A nouveau, cette action inadmissible et totalement illégale des faucheurs volontaires s’est déroulée sans intervention aucune des forces de l’ordre. Alors que tous les médias étaient présents, les forces de police ont encore brillé par leur absence…
La FDSEA et les Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne s’indignent de cet énième acte de vandalisme revendiqué. Il est intolérable que l’État laisse faire impunément des individus en flagrante violation de la loi, au risque de voir des drames plus graves se dérouler devant les caméras ! Quand la violence remplace le dialogue, tout est possible. Faudra-t-il des morts pour qu’enfin les Pouvoirs Publics réagissent ?
Les faucheurs n’ont aucun intérêt à ce qu’un dialogue constructif s’ouvre sur les OGM et préfèrent brouiller les esprits par la brutalité. Ils refusent en bloc toute recherche sur les organismes génétiquement modifiés et donc par là tout progrès scientifique.
Aujourd’hui, une délégation de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne est présente à la manifestation pacifiste à Lugos en soutien à l’exploitant victime et pour dénoncer une fois encore cette politique du saccage.
Nous demandons un engagement fort de l’Etat pour arrêter cette spirale de violence. Qu’il fasse simplement son devoir de protection des biens et des personnes et mette un terme une fois pour toute à ces dérives extrémistes.

Communiqué de la FDSEA et Ja de Haute-Garonne


0 commentaire

Laisser un commentaire